En

Mounir FATMI

Burn Baby Burn, hot sauce Mounir Fatmi, portrait

Né en 1970 à Tanger, Mounir Fatmi vit et travaille entre Paris et Tanger. Ses vidéos, installations, dessins, peintures ou sculptures mettent au jour nos ambiguïtés, nos doutes, nos peurs, nos désirs. Son travail traite de la désacralisation de l’objet religieux, de la déconstruction et de la fin des dogmes et des idéologies. Fatmi s’intéresse spécialement à l’idée de la mort de l’objet de consommation. Cela peut s’appliquer à des câbles d’antennes, des machines photocopieurs, des cassettes VHS, ainsi qu’à une langue morte ou à un mouvement politique.
Il a participé à plusieurs biennales dont la 52ème Biennale de Venise, la 8ème Biennale de Sharjah, la 5ème Biennale de Gwangju, la 2ème Biennale de Séville et la 10e Biennale de Lyon. En 2008, son travail fait partie de la programmation « Paradise Now ! Essential French Avant-garde Cinema 1890-2008 » à la Tate Modern de Londres, ainsi qu’à l’exposition Traces du Sacré au Centre Georges Pompidou à Paris. Depuis 1993, il a reçu plusieurs prix dont le Grand Prix Léopold Sédar Senghor de la 7ème Biennale de Dakar en 2006, ainsi que le Uriôt prize de la Rijksakademie, Amsterdam. Il a participé à la première exposition pan-arabe « The Future of Promise » à la 54e Biennale de Venise en 2011.

« Burn Baby Burn » : La légendaire "Black Panther" devient une marque comme les autres, une ligne de vêtements, une moutarde au miel, du café portant le slogan « all power to people », en plus de la bouteille de sauce épicée baptisée d’après le cri historique du Parti « Burn Baby Burn ». Finalement, la question essentielle que pose ce projet est la suivante : que reste-t-il d’un parti politique révolutionnaire comme « le Black Panthers Party » une fois que son idéologie politique devient une sauce piquante à consommer ?

Voir en ligne : www.mounirfatmi.com

Dak'Art 2012 du 11 mai au 10 juin 2012, Dakar Senegal | Contact | News | Plan du site |  RSS 2.0 | 2010 | 2008 | 2006 | 2004 | 2002 | 2000 |